• Je ne fête pas la fête des Mères - et c'est un vrai deuil

    Il y a 17 jours - Par Chatelaine

    C'était il y a cinq ans, à l'occasion d'une cérémonie intime. Assise en Indien devant son foyer, les joues baignées de larmes, Nathalie Tremblay a regardé les flammes consumer une boîte à chaussures contenant des mandalas qu'elle avait dessinés, un ange de Noël ventru, des photos d'embryons. Un bout de papier aussi, où il était écrit «Delphine, Henri, Simone, Laurier, Léo». Elle consignait soigneusement ces prénoms depuis l'enfance, pour le jour où ses poupées se transformeraient en vrais bébés.
    Jeter au feu ces précieuses reliques était sa manière de porter au tombeau son rêve de famille...
    Lire la suite ...